El eternauta 1 - l'éternaute 1 - Oesterheld - Lopez (à partir de 1957, 2009 pour la réédition)

Publié le par Paul B.

P1100636
El eternauta 1 - l'éternaute 1 - Oesterheld (scénario) - Lopez (dessins) (à partir de 1957, 2009 pour l'actuelle réédition). Si vous êtes un amateur de SF colorée par des ambiances étranges et inquiétantes, l'éternaute vous procurera toutes ses sensations avec une grande force et finesse. L'éternaute est une bd déjà assez "ovni" en elle-même, puisque publiée d'abord en Argentine à partir de 1957 et qu'elle est restée longtemps introuvable en France. L'édition l'actuelle a du d'abord effectuer un travail de recherche pour parvenir à reconstituer la bande-dessinée ! Oesterheld est un auteur méconnu pour moi qui apparaît pourtant comme une petite légende de la bande-dessinée : il a collaboré avec Pratt et Breccia et a fondé une maison d'édition, se fut un acteur majeur de la bande-dessinée argentine. Sous la dictature de Ongania, il perd ses filles, ses petits-enfants, ses beaux-fils et devient à son tour un "desaparecido" fin 1977, (il meurt probablement vers 1978). Voici pour le cadre : une bd plus ou moins perdue, un beau format à l'italienne, une couverture splendide et un titre mystérieux : l'éternaute.

L'histoire commence par une scène en deux temps qui m'a frappé l'esprit : une nuit tranquille, un homme travaille, soudain apparaît lentement devant lui un autre homme, qui lui dit voyager dans l'éternité et qui ommence à raconter son histoire : il faisait une partie de cartes avec des amis, dans une maison tranquille, dans une nuit paisible, quand il s'est mis à neiger. La neige tuait les gens. Une invasion extraterrestre commençait. Ce phénomène d'écho entre la première situation et la seconde (même décor banal et quotidien, même apparition soudaine et brusque du surnaturel) renforce l'entrée du lecteur dans le récit. Sans en dévoiler la suite, je peux juste vous dire que cette invasion qui commence dans une sérénité mortelle (en gros, quasi tout le monde meurt, et ceci sans rayons lasers ou explosions atomiques : fort!), se poursuit dans un crescendo cauchemardesque (au sens propre du terme, car les ennemis sont particulièrement retors). Les révélations se font petit à petit et suscitent toujours de l'enchantement. Oesterheld essaye de rester le plus "réaliste" possible dans son scénario, tout en multipliant les péripéties extraordinaires, ce qui contribue à donner de la force suggestive aux armes / engins extraterrestres. Et comme dans le Seigneur des Anneaux, pour le moment les "vrais" méchants ne sont pas encore dévoilés, sinon par leurs sous-fifres, tout comme dans le livre de Tolkien :Sauron est masqué par la multitude de ses lieutenants (c'est d'ailleurs pour cela qu'il perd beaucoup de force dans le film, avec cet oeil en feu ridicule).

Si vous n'êtes pas allergiques à la SF, ni à la lecture de beaucoup de textes (on est encore dans les années 50...) je vous encourage vivement de vous attaquer à ce chef-d'oeuvre de la bd d'anticipation. Le tome 2 est sorti et le 3 va ou est sorti. A noter que dans les années 60-70 Oesterheld a collaboré avec Breccia pour mettre en place une seconde version de l'histoire. 

P1100637
P1100638
P1100639
P1100640

Publié dans autres mondes

Commenter cet article

ZorgBlog 11/02/2010 10:11


content de lire une chronique sur cette BD. Voilà longtemps que j'hésite à l'acheter, mais là je suis convaincu!!
Bel article.