Coupures Irlandaises - Kris, Vincent Bailly (2008)

Publié le par Paul B.

P1120119

Coupures Irlandaises - Kris au scénario, Vincent Bailly au dessin  (2008)

Coupures irlandaises pourrait être rangée dans les 'bds didactiques' : elle s'attache au parcours de deux jeunes, en voyage linguistique en Irlande au moment où les tensions sont exacerbées. Leur ingénuité nous permet de se glisser dans leur yeux pour découvrir un contexte politique explosif et des antagonismes dans tout les sens. En première analyse, on ne peut qu'apprécier cette BD, somme toute très conventionnelle. Le dessin est bon : c'est loin d'être mon style préféré mais il faut reconnaître qu'il colle parfaitement à l'histoire : sachant bien rendre les deux jeunes un peu naïfs, mais aussi les passages plus sombres. Le scénario est plus saccadé, mais bon, Kris arrive quand même à ficeler quelque chose avec un début / un développement / une fin.

Cependant, si on veut plus pinailler, je trouve qu'il y a une ambiguïté dans cette BD. Elle se positionne comme didactique. Ce côté, pour le dire, m'a ennuyé : ce n'est pas que l'Irlande ne m'intéresse pas, mais plutôt que la BD n'apporte rien de plus qui ne puisse être connu par n'importe quel moyen d'apprentissage. Il suffit de lire un article de wikipédia sur l'Irlande. En fait, je connaissais assez bien la plupart des élements.

Mais de l'autre côté, le récit joue sur une trame réelle : Kris nous raconte, en le déformant sans doute de manière notable, un épisode de sa propre vie. A partir de là, le rythme du scénario s'éclate entre la nécessité de nous faire apprendre des choses, et le récit d'un voyage, somme tout très banal. Il y a contradiction entre le rythme d'une expérience vécue et le nécessaire ordonnancement des connaissances préalables à tout apprentissage. D'où cette construction scénaristique saccadée.

L'espèce 'd'évènement final' est tout à fait symptômatique du scénario : Kris s'éloigne là de sa réalité, et fait déraper brutalement le récit, en fait. Cette péripétie me semble nuire à tout : la BD se donne d'abord comme un voyage banal dans un pays en crise, mais offre un dénouement 'invraisemblable'.

Enfin, on ne peut nier des points intéressants, et quiconque voudra apprendre des choses sur l'Irlande en apprendra. Après, est-ce là tout ce qu'on demande à ce genre de BD ?

Cette chronique était réalisé dans le cadre du thème 'BD engagée' de k.bd ;

P1120120

P1120122

Publié dans monde européen

Commenter cet article