The Walking Dead #4 à #7 fr - R. Kirkman - C. Adlard (2008 fr - 2009 fr)

Publié le par Paul B.

P1110152

The Walking Dead, Robert Kirkman au scénario, Charlie Adlard au dessin, Cliff Rathburn aux trames et niveaux de gris

  1. Passé décomposé (Days Gone Bye, The Walking Dead #1-6, 2007)
  2. Cette vie derrière nous... (Miles Behind Us, The Walking Dead #7-12, 2007)
  3. Sains et saufs ? (Safety Behind Bars, The Walking Dead #13-18, 2007)
  4. Amour et mort (The Heart's Desire, The Walking Dead #19-24, 2008)
  5. Monstrueux (The Best Defence, The Walking Dead #25-30, 2008)
  6. Vengeance (This Sorrowful Life, The Walking Dead #31-36, 2008)
  7. Dans l'œil du cyclone (The Calm Before, The Walking Dead #37-42, 2009)
  8. Une vie de souffrance (Made to Suffer, The Walking Dead #43-48, 2009)
  9. Ceux qui restent (Here we Remain, The Walking Dead #49-54, 2009)
  10. Vers quel avenir ? (What We Become, The Walking Dead #55-60, 2010)
  11. Les Chasseurs (Fear The Hunters, The Walking Dead #61-66, 2010)

(infos depuis wikipédia)

 

Bon je sais pas vous, mais moi, les zombies... Ca me parle pas. Je n'ai vu aucun film de zombies (ah si "28 jours plus tard", qui était pas mal du tout du tout, mais aurait pu être vraiment bien). Et la thématique ne me parle pas. Alors si j'ai pris Walking Dead, c'est par rapport au dessin (magnifique) et à la jaquette qui promettait une importance donnée aux rapports humains (...). OUI, bon, si j'ai pris Walking Dead c'est parce que je voulais pas lire une bd trop cérébrale et puis voilà :).

 

Une belle claque à la sortie ! Bon vous allez vous énerver, j'encense ENCORE une bd américaine. Bon, je préviens quand même : ceux qui sont répulsés par le sang qui gicle et divers horreurs (on va loin parfois) peuvent éviter la bd. Ceux qui s'attendent aussi à des trucs qui passent vraiment les bornes aussi, puisque somme toute on reste en deça d'une certaine horreur (je vous conviens que certains passages sont quand même hard). Alors je plante un peu le décor (trèèès classique) : ya des zombies partout, il faut survivre. On suit donc les péripéties d'un petit groupe plus ou moins soudé, qui finissent par trouver un "salut" précaire dans une... prison. Beaucoup d'ironie dans cette vite "inversée" où les détenus sont les humains et entourés à l'extérieur des zombies. De très nombreuses histoires s'enchaînent et en effet (sans aller trop loin) un gros accent est mis sur les relations humaines et les personnages sont pour la plupart très fouillés. Le héros, assez tête à claque, est quand même attachant. Les caractères sont souvent très forts et le contexte autorise de nombreuses péripéties. Reconnaissons aussi que la bd ne serait rien sans ce dessin sublime, nerveux, stressé, chaotique, plein de contrastes et de clair-obscur parfaitement adapté à l'histoire.


P1110153
P1110154
P1110155
P1110156
P1110157
P1110158
P1110159
P1110160

Publié dans monde américain

Commenter cet article