Lulu femme nue - seconde partie, Etienne Davodeau (2009 fr)

Publié le par Paul B.

9782754801034.jpg
Lulu femme nue, le retour. Par ici ma première chronique. Le second tome est sorti le 12 mars et clôt le diptyque. Je tiens à préciser que j'ai lu l'album "vite" et que la chronique qui suit résulte donc d'une première impression. Autant dire que l'objectivité et la pertinence ne risquent malheureusement de ne pas être au rendez-vous ! je préfère prévenir.

Le tome 1 était enthousiasmant. Sujet original : une femme d'une quarantaine d'année qui dérive subitement. Dessin "davodien" en pleine forme : couleur et trait, mélange bleu-ocre. Traitement scénaristique intéressant : les événements sont racontés a posteriori par un ami, lors d'une étrange réunion, une veillée funèbre. Sans savoir QUI est veillée, on suspecte rapidement que la trajectoire de Lulu a pu la mener dans une situation tragique. Ce non-dit fort court dans l'album et instaure un grand malaise : c'était une force du tome 1. Nous voilà donc avec beaucoup d'espoirs pour le tome 2 : surtout que le 1 nous laissait sur une abyme de questions : que lui est-il arrivée ? qui est donc mort dans la pièce à côté ? comment les proches de Lulu vont-ils vivre cette séparation brutale ?

Et voilà le tome 2 qui pointe son petit nez, entouré d'une publicité bien menée autour d'un chouette blog alimenté par davodeau himself. Et là, je dirais "patatras"... Mais c'est parce que je suis un vil lecteur ! j'ai commencé par lire la fin (la honte) : grosse déception !!! Finalement, le dénouement du suspens me laisse très sceptique (à quoi bon tout ce suspens ???). Ensuite, je suis revenu au début, avec cet a priori négatif. Retour à la case départ. Au fur et à mesure des pages, mes craintes se confirment : le tome 2 me laisse l'impression d'une étrange duplication du tome 1. Plusieurs chroniqueurs ont relevé que le choix du narrateur n'était pas adéquat (c'est pas moi qui critique ! mais Yaneck et Morue). Le personnage de Marthe est beaucoup beaucoup moins intéressant que celui de Charles. Le mari, dont je me rends compte rétrospectivement que son portrait me gênait dans le 1, me paraît un personnage bancal. Le rythme ralentit ou s'enlise (point aussi remarqué par Zorg). Même les couleurs, qui m'avaient séduites dans le 1, semblent s'épaissir, s'alourdir, desservir le récit. J'en viens finalement sérieusement à me demander si le tome 1 ne possédait pas suffisamment de force pour être autonome et nous laisser avec la saveur salée des interrogations.

Que s'est-il donc passé dans l'esprit de Davodeau, de ceux qui le conseillent et l'aident, de son éditeur, pour ce résultat ? Je ne pense pas qu'il y ait eu des "contraintes commerciales" pour finir sur cette fin un peu... décevante ? Davodeau a t'il imaginé toute l'histoire dès le départ ou le second tome a t'il  été écrit dans un deuxième temps ? Travaillait-il sur de trop nombreux autres projets ? Pouquoi ne joue t'il pas encore plus sur la forme "diptyque" ? certes, il change de narrateur, de "personnage-clé" (charles puis marthe) mais pour le reste... Je vais vous dire ce qui me "dérange le plus" : contrairement au 1, je ne sens plus l'auteur derrière les pages, je n'arrive pas à sentir que cela a été fait avec "coeur".

Avant qu'on ne me tombe dessus à bras raccourcis, je le re-dit que j'ai lu, à cause d'emploi du temps serré, cet album assez vite, et que je n'ai sans doute pas pris le temps d'en extraire les subtilités, (en gros j'ai été en posture "con-sommateur") aussi je m'excuse de l'accueil que je lui réserve. Cela ne m'empêche pas d'ailleurs de continuer à poursuivre ma découverte de cet excellent auteur qu'est Davodeau. J'espère avoir le temps dans les vacances d'avril d'en faire une seconde lecture plus apaisée.

Vous trouverez le 11 avril la synthèse des chroniques de "lulu femme nue 2" sur le blog k.bd.
Vous pouvez déjà y consulter une synthèse quant au tome 1.

Publié dans monde européen

Commenter cet article

Mo' la fée 26/03/2010 18:07


ah ben dis donc, il n'y en a pas beaucoup que ce tome satisfait !! à part le choix de Morgane en tant que narrateur, j'ai assez adhéré et le fait que Tanguy soit bancal ça ne me gene pas puisque ce
n'est pas de lui qu'il s'agit... mais de Lulu. Donc moi en bonne con-sommatrice, le fait que ce perso ne soit pas développé... ça me convient. Davodeau aurait fait le choix de lui réserver plus de
place que là j'aurais fait la moue ^^


Paul B. 26/03/2010 18:24


Oui c'est vrai que je ne pense pas qu'il aurait fallu consacrer plus de place à tanguy, ce qui me gêne ce sont les réactions du personnage, j'arrive pas à sentir que la "psychologie" du perso soit
réaliste (après c'est sûr que dans les bds et chez davodeau en particulier je ne demande pas forcément des persos ultra réaliste)... et le côté mélodrame du "pré-dénouement" me laisse
sceptique.
j'ai relu du coup ma chronique et je pense que je vais changer des trucs parce que j'y suis allé un peu fort sans trop réfléchir, il faut vraiment que je trouve le temps de relire lulu2 plus
calmement et tranquillement.