le réflexe de survie - Etienne Davodeau (1998)

Publié le par Paul B.

P1100439

Il y a peu, Davodeau, je ne connaissais pas. J'avais même un a priori idiot négatif : du style "bd française vaguement sociale ou intello déconnectée de la réalité avec dessin façon **** que je peux pas supporter". Là encore ne me demandez pas d'où j'ai tiré ce jugement : je n'en sais rien ! ... Heureusement grâce à morue et son apologie de "lulu femme nue", je me suis dis que j'allais essayer de m'y mettre à cet Etienne Davodeau. Grand bien m'en a pris ! On ne commence par Lulu qui est assez "monumental" mais par "le réflexe de survie" qui tourne autour d'une gare bientôt délaissée par la sncf, dont le chef est bien sympathique, d'un petit monsieur qui embête certaines personnes, et d'un jeune tellement paumé dans cette cambrousse qu'il est prêt à tuer, qu'il s'en vante, pour obtenir je-ne-sais quelle place sociale. Autant prévenir tout de suite : le monde proposé par Davodeau est complètement, à mon avis, irréel, irréaliste, un peu comme quand on regarde un bon vieux Maigret : délicieux mais univers parallèle alternatif. Irréel ? par petites touches : certains personnages, trop "gentils" pour être vrais, certaines scènes : défense d'une gare sncf dans la douceur (joli mais du rêve sans doute), certaines postures : bon le patron qui demande à son neveu de descendre qqn pour des affaires... Une fois cette étape intégrée, quelle bonheur à la lecture de cette histoire ! histoire bien ficelée avec plusieurs destins en parallèle, persos hauts en couleur, trait maîtrisé + couleurs douces. Jolie réflexion autour de "la vie", de la difficulté à mettre un terme à l'existence de quelqu'un. Et bien sûr réflexion autour du "réflexe de survie" qui peut pousser à faire tout et n'importe quoi, dans les sens négatif ou positif...

P1100440
P1100441
P1100442

Publié dans monde européen

Commenter cet article