Flood - Eric Drooker (2007 us 3ème éd.)

Publié le par Paul B.

P1120740

Superbe bd pour amateur de graphisme fort !!! Attention toutefois, c'est de la bd muette. 'Flood' a été publiée dans les années 90, cette 'édition spéciale' présente un recueil de nouvelles de Eric Drooker, qui contient notamment 'Flood'. Comme il s'agit avant tout d'une réussite graphique, j'aurais un peu de mal à vous en faire la chronique (je manque de mots pour décrire le graphisme!). D'autant plus que j'ai manqué de temps pour lire pleinement cette oeuvre et en profiter. Enfin, je vais essayer de vous en communiquer des petites choses.

'Flood', c'est donc avant tout une réussite rythmique. Par 'rythme', j'entends simplement la manière d'enchaîner les cases. C'est finalement assez rare de trouver un travail sur le découpage / le rythme des cases en bd, alors que quand même, c'est la base. La qualité de la bd est de pouvoir maîtriser le rythme (on peut ralentir / accélérer, faire des effets beaucoup plus variés que le cinéma par exemple). Je pense au Dardevil de Moore, qui avait un découpage cinématographique.  La bd muette oblige à penser beaucoup plus le rythme. Dans Flood, la maîtrise est totale, on a l'impression d'être dans un poème de Ginsberg, emporté dans une cadence. La première nouvelle retrace la journée, particulière, d'un ouvrier : errance à travers manhattan. La seconde nous emporte dans l'enfer (au sens propre) du métro. La dernière aux premiers jours du déluge, avec un final qui ne manque pas de finesse. Dans toutes les histoires, Drooker sait relier les cases, comme dans un poème il enchaîne des images qui entrent en résonance, en appel d'autre.

A la maîtrise du rythme s'ajoute un graphisme surpuissant : en apparence simple, mais à travers lequel on sent encore une fois une grande maîtrise, notamment de l'usage du noir. Remarque au passage : je suis depuis peu frappé par la force du noir et blanc dans de nombreuses bds, qui me paraît suffire à toutes les histoires, s'adapter partout, et offrir finalement une liberté beaucoup plus vaste que la couleur (et moins cher en plus). Donc auteurs de bd en herbe ou plus, arrêter les couleurs, ne faites que du noir et blanc !

Quant aux lecteurs, allez donc lire 'Flood'.

P1120739

P1120737

P1120738

Publié dans monde américain

Commenter cet article