Fables #9 - Les loups (#46-51 us) (2006 us, 2010 fr)

Publié le par Paul B.

P1120057

Fables - Les Loups, Bill Willingham et Mark Buckingham.

Le lecteur régulier de ce petit blog sait déjà que la série Fables est relativement mythique pour moi. D'ailleurs voici quelques liens :

Cruelles saisons (#22, 28-33)

les Royaumes (#36-41)

Les milles et une nuits (et jours) (#34-35 et 42-45)

1001 nuits de neige (hors-série)

Après les Loups, les Fils de l'empire (#52-55) est sorti. La série américaine en est déjà vers l'épisode 90...

Mais, même étant fan, j'ai trouvé ce présent tome tout à fait décevant. Le prologue, et dans une moindre mesure, l'épilogue, sont par contre assez jouissifs : Willingham y déploie son art de la nouvelle et du récit, avec une grande richesse d'idées et d'inventions. Les aventures de Rodney et June, dans le prologue, sont émouvantes : soldats de bois dans le monde des Fables, ils souhaitent devenir de chair et finissent espions dans notre monde. L'épilogue, quant à lui, met en scène Cendrillon, en agent diplomatique survoltée en mission délicate. Du Fables dans son merveilleux jus.

 Mais le corps du récit... Mowgli continue à chercher Bigby, mais la personnalité du personnage de Mowgli est fort peu creusée. Bigby et Blanche se marient ensuite (oui Bigby retourne à Fableville) : au moins ca clot une intrigue laissée en suspens, mais alors, ennui++ dans ce passage traité de manière baclé. Bigby dynamite au C4 la forêt sainte de Gepetto... soit ca manque de délicatesse... l'Adversaire n'a donc pas l'air d'être si coriace.  L'aventure de Bigby avec une américaine de l'Alaska semble être là par hasard et ne servir à rien. Quelques passages sont crispants : la bataille entre Mowgli (tout nu) et les loups : mais pourquoi les auteurs de comics américains aiment faire combattre leur perso à poil ??? (cf un épisode de Wolverine, de Supreme Power, et j'en passe sûrement) ; la tirade de Bigby présentant Fableville comme un nouvel Israel, entouré des pays arabes (qui sont méchants donc) est douteuse, à moins qu'il s'agisse de second degré ? Blanche-neige, autrefois "femme forte impressionnante" est réduite au rang "mère poule - il n'y a que mes enfants dans la vie et c'est chouette"...  Elle tombe dans les bras de Bigby avec une facilité étonnante quand on connaît le personnage dans les premiers épisodes.

Heureusement que les enfants de Blanche restent géniaux, mais ce n'est qu'un détail. D'autres éléments sont bons : la graine de haricot magique, le pays des nuages etc. Mais globalement, tout le scénario paraît baclé. (Willingham avait autre chose de mieux à faire ?). Les personnages sont applatis, comme brossés au rouleau compresseur : même le Prince Charmant a perdu son côté humoristique et un peu machiavélique, Bigby ressemblera bientôt à Wolverine, Gepetto me paraît être à peu près tout le temps en pyjama avec une vieille mimique blasée.

Bref...on arrête le massacre.

Le Fables précédent était encore jouissif, mais avec un scénario très "de transition" (j'ai même longtemps cru que c'était un hors-série de la série régulière...) On est à des années-lumières de la quintessence des Royaumes ! Où est la reine des neiges ??? Fables amorcerait-elle une pente descendante ? A voir...

P1120058

P1120059

P1120060

Publié dans monde américain

Commenter cet article

Mo' la fée 20/09/2010 08:09


je te rejoints sur l'avis de cet album, j'ai trouvé qu'il était creux. Il a pourtant l'avantage de nous emmener un peu plus du coté des Royaumes, mais oui, je trouve les intrigues bâclées. J'ai
bien envie de découvrir le tome 10 mais je suis moins pressée après cette déception de lecture


Paul B. 20/09/2010 22:11



ah mais c'est net. Je veux bien être fan, mais le fan vexé est dur à reconquérir ^^ je ne suis pas prêt de me tourner le tome 10, sauf à en voir une critique pas trop négative sur le net.