Block 109 - Brugeas, Toulhoat (2010)

Publié le par Paul B.

P1110408

 

Block 109 Vincent Brugeas (scénario), Ronan Toulhaut (dessin)

 

Un projet ambitieux pour des français : une épaisse bd, lorgnant du côté des comics américains et adoptant un dessin original. A cela s'ajoute un pitch alléchant : les Nazis ont gagné la seconde guerre mondiale, en écrasant les alliés mais succombent peu à peu aux assauts de la russie soviétique. Tout était réuni pour faire un objet intéressant..

 

Malheureusement, mis à part le dessin, vraiment réussi, je suis déçu par rapport à l'histoire. Un scénario qui  réussit à sentir le déjà-vu, malgré les innovations, qui entasse les trouvailles sans les développer (entre les armures-robots, les loups sibériens, les zombies, ca fait beaucoup), qui est vraiment confus, plein de grosses ficelles et vraiment trop invraisemblable. La fin par exemple, et bien c'est un peu comme le final de Lost : décevant. Je n'ai pas dit que ce n'était pas une bonne idée, pourquoi pas ; mais cela exigeait un traitement plus subtil. L'auteur nous présente un univers dans lequel on a qu'une envie : rentrer dedans. Mais rien à faire, personnellement, je suis toujours resté en marge.

 

Pas une petite porte d'entrée : pas de héros auquel s'attacher, pas de description cohérente de la vie courante (changement perpétuel de situation), les auteurs auraient pu adopter une "fidélité historique", pour nous glisser dans l'histoire, sans avoir le talent de Tarentino, cela aurait pu m'aider à entrer dans l'univers. Au contraire, les références mobilisées me conduisent toujours vers des "poncifs" (lesmorts-vivants n'ont pas grand-chose d'original, la fin du monde n'ont plus .D'ailleurs pour les zombies, Walking Dead, il n'y a rien de mieux !

 

Ceci dit, je ne peux qu'apprécier le dessin, qui colle parfaitement à l'ambiance et la volonté de fournir un produit original, très intéressant, mais qui ne m'a pas vraiment satisfait. Il aurait peut-être fallut choisir un fil conducteur plus simple : les zombies dans un milieu enfermant comme Marienburg (et pas voyager partout), ou alors se centrer sur le dictateur, qui devient finalement le personnage le plus important de l'histoire, mais qui ne fait jamais très peur, ni très torturé, bref moi "je n'y crois pas".

 

Et dire qu'il n'y a même pas un petit zombie qui se glisse dans le block 109 à la fin !  

 

P1110409

P1110410

Publié dans monde européen

Commenter cet article

Yaneck Chareyre 22/06/2010 22:47


Euh.... Sais tu qu'il n'y a rien de la véritable seconde guerre mondiale, en dehors des années 1939-1941, dans ce bouquin?