Fables - Les milles et une nuits (et jours)

Publié le par Paul B.


Fables - Les milles et une nuits (et jours) Bill Willingham - Mark Buckingham
#34,35 ; #42-44 (2005, 2006) pour l'édition US.


Fables mêle personnages de contes de fées (qui n'ont plus rien de féériques...) et réalité  contemporaine : blanche neige, le méchant loup, le chaperon rouge et tutti quanti ont du fuir les "royaumes" où ils vivaient pour notre réalité, non sans quelques soucis techniques et pratiques. Ils ont fondé deux communautés : "fableville" à New York et "la ferme" dans la campagne (pour les "fables" à l'apparence peu humaine), la ferme renvoyant à Orwell bien entendue. Deux communautés au demeurant relativement totalitaires dans leurs règles. On suit avec plaisir depuis de nombreux tomes leurs péripéties. Dans Mille et une nuit (et jours), le Prince Charmant est devenu maire, la belle et la bête remplacent Blanche Neige (qui a accouché du Méchant Loup) et le Loup, qui a disparu, aux postes respectifs d'adjointe au maire et shérif. L'équipe dirigeante de fableville doit accueillir un émissaire des royaumes des mille et nuits, à leur tour menacés par "l'adversaire", l'ennemi juré des fables qui a établit un empire sur les autres royaumes. Conflit entre cultures en vue, d'autant plus que l'émissaire dissimule dans sa suite une "arme de destruction massive" : un djinn redoutable. Toute l'histoire est menée tambour battante avec de multiples allusions et clins d'oeil aux politiques bush + guerre en irak. Un fable bien réussi ! L'histoire principale (épisode 42-44) est précédée des épisodes 34-35 centré sur Jack (toujours fourré dans les mauvais coups de fableville) : ce dernier, en volant de nombreux  trésors, a réussi à percer dans le cinéma et monte des films glorifiant sa propre légende (et qui ont un succès fou). Ce prologue est rempli d'ironie et constitue une chouette entrée en matière.A noter pour finir les superbes couvertures réalisées par James Jean (cf liens à droite sous le titre Process Recess).
















Publié dans monde américain

Commenter cet article