Animal'z - Enki Bilal (2009)

Publié le par Paul B.



Animal'z Enki Bilal (Casterman 2009) - J'arrive, volontairement, un peu après la tempête - médiatique et critique - sur Animal'z donc je crois que tout a été déjà dit et que les avis convergent souvent pour s'accorder à considérer l'oeuvre comme réussie. Après la symphonie de la Quadrilogie ou Tétralogie, Bilal change d'abord de registre graphique en laissant de côté les peintures acryliques pour revenir au dessin. Premier parti pris réussi puisque le caractère quasi monochromatique et "carnet de bord" correspond parfaitement à ce récit post-apocalyptique de survivants à la recherche d'un eldorado. On retrouve le caractère polyphonique de la Tétralogie avec la multiplication des personnages et de leurs points de vue, chaque personnage est toujours aussi fort et développé que dans l'oeuvre précédente. On reconnaît aussi l'amour de l'hybridation chez Bilal : après Nikopol - Horus dans la trilogie Nikopol ; les mutations successives de Warhole ou Sacha dans la quadrilogie, voici l'hybridation technologique dauphins - êtres humains. Quant à l'histoire, une apocalypse climatique (et géographique ?) a balayé la Terre et chacun survit comme il peut, humains comme animaux, face à une sorte de "Déluge" sans Arche. On pourrait se risquer à rapprocher cela avec la crise économique 2009, bien que sans doute les gestations des deux phénomènes ne soient pas du tout synchrones : phénomène "surprenant" et radical, pertes des repères, informations fausses. La coincidence est amusante. Et l'album file entre les doigts à une vitesse surprenante, à tel point qu'à la fin on aimerait une suite, que l'histoire se poursuive. Du moins, les personnages sont si attachants qu'on souhaiterait connaître la suite de leurs aventures. Comme un grand chef, Bilal souhaite peut-être que le plat soit léger et que l'on reste à la fin sur le désir d'en reprendre, avec une saveur inoubliable en bouche.














Publié dans monde européen

Commenter cet article

Yaneck 29/10/2009 10:16


Salut. Je n'ai pas de note pour cet album, te concernant. Or, comme il joue la première place, forcément, ça va compter. Combien lui mets-tu?