Ile Bourbon, 1730, Appollo et Trondheim

Publié le par Paul B.


On a beaucoup parlé de l'ïle Bourbon, 1730 au moment de sa sortie et je souhaitais le lire, puis l'ai oublié, et finalement pris avec agréable surprise à la médiathèque. Scénarisé par Appollo et dessiné par Trondheim, cet album nous embarque sur l'île de la Réunion, anciennement île Bourbon, à la rencontre de son Histoire au crépuscule des pirates. Le nom de Trondheim me rebutait un peu pour prendre cet album, car j'ai un a priori négatif sur le personnage (je l'ai décrété trop commercial et communautaire) et son dessin (pas assez travaillé). Pourquoi une vision négative ? ehbien en fait, je n'en sais rien :S ! un vague traumatisme d'enfance (les seuls albums que j'ai lu de lui, je devais avoir entre 10 et 14 ans, alors bon on est encore un peu jeune à cet âge là pour comprendre les subtilités!), en plus, je n'ai pas eu l'occasion de lire bcp de ces bouquins (un lapinot, un carnet autobiographique, les 3 sourirs et c'est tout), et je lis son blog "les petits riens" non sans un certain plaisir, donc je crois qu'à la lecture de l'île bourbon, je devrais réviser sérieusement mes préjugés sur le bonhomme et réfléchir un peu :D. Quand à Appollo, j'avais été séduit par le tome 1 de Biotope (moins par le 2) et aussi par toutes ces autres séries.

C'est donc avec beaucoup de curiosité que j'ouvrais cet album de collaboration. Et le résultat est très agréable : fresque épique avec pirates repentants, ornithologue courageux, petit jeune amateur de piraterie, escalavages et marrons cachés dans les "Hauts" de l'île ; c'est une plongée dans un univers subtil : ne reprenant aucun grands "stéréotypes" sur les pirates (c'est pas une attraction type pirates des caraïbes!), offrant un univers décalé, mais pourtant faisant fonctionner à fond nos ressorts imaginaires sur les îles, la jungle, la mer, le rhum, les plantations, les colons etc. Tout en offrant une réflexion "historique", sans en avoir vraiment l'air mais qui est bien là quand même : histoire de la Réunion, de la piraterie, de l'esclavagisme (passage du "code noir"), etc. Et c'est avec plaisir qu'on peut voir que le dessin de Trondheim fonctionne à fond aussi sur l'histoire, ces pages en noir et blanc qui suggèrent la végétation, les paysages, c'était vraiment le graphisme qui collait au scénario d'Appollo. Au final, je suis très convaincu et on passe un bon moment, mêlant à la fois un bon vieux film d'autrefois et les apports de la modernité. A lire !


fête de pirates :)







ah un grand moment de bravoure cette page (vous comprendrez pquoi en lisant l'album)



paysage de végétation impeccable, un peu comme un croquis de carnet de voyage à l'ancienne




composition ! : deux bandes horizontales, diagonale oblique de noir, inversion de la construction

Et pour voir des pirates, des vrais, ca se passe sur un-voyage-au-japon, mon autre blog consacré à un séjour dans ce pays en été 2006

Publié dans monde européen

Commenter cet article