Solanin tome 1 et 2, Inio Asano

Publié le par Paul B.


J'ai lu Solanin à toute vitesse, pressé par le timing de la semaine et n'ai pas encore eu le temps de me repencher dessus, mais d'emblée, quelle impression, quelle émotion. Pas encore le temps de percevoir tous les détails de ce manga, mais cette errance -comme un saut en apesanteur risqué entre deux immeubles- entre monde "jeunes adultes" et "monde adultes", mettant en scène des jeunes un peu paumés face à un monde de l'entreprise qui ne les attire pas, trouve un peu son écho dans into the wild et me parait assez proche d'un certain "malaise" ou plutôt assez proche de la pulsation, du rythme, d'une partie de notre jeunesse. L'oeuvre s'articule nettement entre les deux tomes, jouant sur deux tons complétement différents : une valse dangereuse pour le premier, une remontée vers la clarté pour le second (issue salvatrice convenue ou porteuse d'espoir ? étant un peu pessimiste par nature, je penche plutôt pour la première hypothèse à ma première lecture :-) ). Sur le plan graphique : traits fluides, bcp des caractéristiques habituels des mangas (décors réalisé par des assistants, insertion quasi photographique de paysage, fluidité du trait), formant un ensemble hétéroclite qui remporte l'adhésion par son unité sur la longueur et le style léger et vivant du dessinateur principal. Une bulle graphique que je conseille donc vivement.













Publié dans monde japonais (manga)

Commenter cet article